Mais pourquoi opposer ville et campagne ?

Télétravail, campagne, ville durable, logements

Bienvenue dans cette édition de la newsletter de Zevillage. Comme chaque jeudi, je partage avec vous une analyse à propos de l’évolution du travail et une sélection de notre veille pour vous donner envie et vous aider à vous engager dans la transformation du travail. Et merci à ceux qui m’envoient des petites infos ou des messages de soutien 🙏 .

Xavier de Mazenod

Si vous arrivez directement par le Web et que vous n’êtes pas encore abonnés à la newsletter de Zevillage, c’est par là :

Tu es dans quel camp ? Ville ou campagne ?

Tu préfères la mer ou la montagne ? Tu es plutôt théâtre ou cinéma ? Fromage ou dessert ? Curieuse façon binaire de voir les choses. Et pourquoi pas les deux ? Mais il est vrai que les Français sont très idéologues, un trait de caractère souvent dénoncé par nos voisins (et pas que les Anglais).

Cette pensée binaire englobe tous les sujets. Si tu aimes la campagne, tu n'est pas pour la ville. Et réciproquement. C'est tout vu. Parigots-tête-de-veaux contre ploucs.

La pandémie de Covid est venue mettre de l’huile sur le feu. On a vu l’exode urbain dans des métropoles du monde entier. On s’est posé la question des nouvelles flexibilités engendrées par le télétravail et même de l’impact du télétravail sur nos logements :

Et puis, fin 2020, un professeur de Lyon, Guillaume Faburel, en a remis une couche avec son livre Pour en finir avec les grandes ville, issue indispensable, selon lui, pour une société écologique. Une sorte d’Alphonse Allais maoïste pour certains.

Du côté des partisans de la campagne, on trouve aussi tous ceux qui pensent que la vie y est plus douce et qu’ils peuvent s’y épanouir grâce au télétravail. Zevillage en fait partie… mais nous ne détestons pas la ville ;-) Nous nous posions d’ailleurs récemment la question : Le coronavirus va-t-il repeupler les campagnes ?

Une étude publiée début janvier par Citrix (éditeur de solutions de visioconférence) illustre cette position : “ 46% des Français déclarent qu'ils seraient susceptibles d'envisager de quitter leur habitation en ville vers une zone rurale s'ils pouvaient remplir leur rôle avec flexibilité”.

D’autant que la vie rurale n’est pas non plus la caricature souvent décrite :

Coopération ville-campagne ?

C’est la revanche de territoires ruraux : " Or, à l’heure de la transformation digitale, du travail nomade et des « millenials » ultra connectés, il n’est plus nécessairement besoin, pour une entreprise, de s’implanter sur le lieu d’habitation de ses clients. Si vos produits sont bons, les clients viendront à vous ou passeront commande à distance."

Les oppositions binaires ne sont pas très constructives. L’explosion du télétravail, des usages du travail à distance et du très haut débit rural nous donnent l’occasion de dépasser ces clivages. De penser coopérations plutôt qu’oppositions.

Certes, les coopérations institutionnelles sont utiles. Mais méfions-nous d'un autre travers français, celui du jacobinisme bureaucratique. Plus de 60 ans de politiques d’aménagement du territoire n’ont pas su rééquibrer les territoires. Créons de la vraie vie, de la vraie économie pour “hacker les campagnes”.

Leave a comment


👉   Merci pour votre participation à notre sondage. Une synthèse de vos réponses sera publiée sur Zevillage la semaine prochaine.


Télétravail, levier d’inclusion

Télétravail : « le raz-de-marée avait commencé depuis longtemps ». Merci à Laetitia Vitaud pour cet entretien dans Welcome to the jungle, publié dans l’e-book Télétravail: nouveau levier d’inclusion ?


Vite dit

👉   Nouveau métier
Qui a dit que le numérique c’était pour les urbains ? Cette agricultrice anglaise a lancé la location de ses chèvres dans des visioconférences pour rigoler et c’est devenu un business : 5£ pour une apparition de chèvre dans une visio (via 15 marches).

👉   Opportunisme
La société Seazon a développé une offre de livraison de déjeuners ultra frais livré chez les télétravailleurs, entre 1 et 5 jours/semaine. Mieux que des sandwichs triangles disent-ils.

👉  Solidarité
Les espaces de coworking Startway ouvrent leurs espaces aux étudiants pour 1€/jour afin de les aider à lutter contre la solitude, l’isolement et le manque de confort.

👉  Fin du rêve
Depuis un mois, des témoignages publiés sur le compte Instagram “Balance Ta Startup” dévoilent l'envers du décor des pratiques de management abusives d'une partie de la scène tech française.

👉  Freelances
Jeunes, diplômés et en quête d'indépendance : le profil des micro-entrepreneurs évolue. L'Urssaf dénombrait 3,6 millions de comptes de travailleurs indépendants fin 2019, soit un million de plus en dix ans.

👉  Mechanical Turk
Une foule de travailleurs payés à la tâche - les Mechanical Turks d’Amazon - enrichissent, corrigent, testent et éduquent en continu les sites et applis qui nous servent au quotidien. Une enquête en 6 épisodes.

👉  Faites gaffe quand même !
À cause du confinement, des chats présentent des troubles du comportement, supportant moyennement de voir leur humain squatter leur logement. Et, à propos de chats, vous avez vu cet avocat coincé derrière un filtre de chaton dans une visio Zoom avec un juge ?


Avant de partir

C’est fini pour cette semaine. Avant de partir, voici un bureau, créé par une startup irlandaise, que vous pouvez installer dans votre jardin pour télétravailler dans de bonne conditions. Et le louer à votre voisin quand vous ne l’utilisez pas. Voir aussi d’autres idées de cabanes au fond du jardin.

Un dernier truc

C’est un peu compliqué de voyager ces temps-ci. Dès que vous le pourrez, voilà une liste de 18 pays qui proposent un visa pour les digital nomads 👩‍💻. Avant de faire vos valises, si vous aimez cette newsletter pensez à nous laisser un like en cliquant sur le petit ❤️ ci-dessous ;-)

Share