Relocaliser le travail et hacker les campagnes? 

Plus d'usines Toyota, faut trouver autre chose

Bienvenue dans cette nouvelle livraison de la newsletter de Zevillage pour vous aider à repenser et à transformer le travail.

Chaque semaine, nous vous partageons une analyse à propos d’un thème d’actualité et une synthèse de notre veille sélectionnée pour vous.

👉  Si vous n’êtes pas encore abonnés à cette newsletter, c’est là :

C’est parti pour les podcasts de Zevillage

Pour le 1er épisode de nos podcast, j’ai invité Laetitia Vitaud et Nicolas Colin à parler de la transformation du travail. Je vous laisse découvrir cette conversation où l’on parle de l'adaptation à la Covid-19 du monde du travail et de l'économie, des tendances de réorganisation de nos économies domestiques, de l'émergence des freelances et de la naissance d'une protection sociale pour ces non-salariés, de la condition des femmes dans cette crise et de pleins d’autres sujets.


Relocaliser le travail et hacker les campagnes?

Vous vous souvenez du bon temps des stratégies d’attractivité des territoires. C’était simple, on arrosait de subventions et d’avantages fiscaux les entreprises qui acceptaient de s’installer chez vous. On promettait le plein d’emploi et ça marchait. C’était mieux si le maire était ancien ministre, les relations ça aide.

Plus de carotte, plus d’usine

Certains ont réussi de jolis coups, comme Jean-Louis Borloo, alors maire de Valenciennes, avec l’usine Toyota. Mais cette stratégie connaît des limites surtout pour l’attractivité des zones rurales.

D’abord ce n’est pas tous les jours qu’une grande entreprise s’installe à la campagne. Les entreprises ont des contraintes logistiques, de bassins d’emploi, d’environnement de vie pour leur cadres urbains.

Et puis, surtout, la technique de la carotte connaît des limites : elle attire les mercenaires. Qui, une fois la carotte mangée, ont tendance à un peu oublier leurs promesses de développement local et d’emploi. Normal.

Heureusement, la crise de la Covid-19 pourrait bien changer les choses. Pendant le confinement, beaucoup de salariés ont eu le temps de réfléchir à la finalité de leur travail, à la place qu’il occupait dans leurs vies et à la réduction des gros coûts fixes de leurs budgets familiaux (écoutez le podcast ci-dessus à ce propos). Et certains urbains ont conclu leur réflexion en quittant la ville pour la campagne, ou en envisagent sérieusement de le faire.

En plus des digital nomads dont nous avons déjà parlé, de nouvelles populations ont entamé un exode urbain. Aux Etats-Unis, cela a même accéléré le phénomène des Zoom towns où l’on travaille à distance depuis un superbe cadre.

Du coup, cela a donné de nouvelles idées d’attractivité aux collectivités locales : finies les usines japonaises et vive les cadres urbains. Elles se sont donc lancées dans opérations de séduction (affiches dans le métro 😂 , démarchage sur le parvis de la Défense, etc.) pour tenter de capter ces urbains.

Eteignons la Ville lumière?

Tout cela est très sympathique mais ne repeuplera probablement pas les villages. Car le mal est plus profond.

C’est l’organisation de notre pays, le parisiano-centrisme qui est en cause. On n’y peut rien, c’est dans notre inconscient collectif depuis les Jacobins, Colbert et je dirai même Charlemagne. Le roi, sa cour et le petit prince sont à Paris. Le pouvoir et l’économie y sont aussi.

Et donc les campagne se vident. Parce qu’on ne peut pas y travailler, pas y faire de “grandes” études après le collège ou le lycée, parce que les formations de qualité sont dans la capitale, parce la Grande Culture est à Paris. Et les lignes de chemin de fer en étoile autour de la Ville lumière traduisent cette situation. La province se contente de sous-Sciences Po, de sous-écoles de commerce, de sous-musées du Louvre…

Ailleurs, cela se passe autrement. Le philosophe Gaspard Koenig a entrepris un voyage à cheval de Bordeaux à Rome sur les traces de Montaigne. Dans l’un de ses derniers billets vidéo, il explique qu’en traversant la Bavière il n’a vu que des villages vivants et dynamiques. Et compare le Mittelstand avec l’entrepreunariat dans nos villages français.

Alors relocalisons le travail à la campagne pour nous installer partout où nous souhaitons vivre et travailler. Hackons les campagnes ! n’attendons pas qu’on aménage le territoire à notre place.


Pour rire un peu

Je ne fais aucun commentaire sur cette vidéo (LoL), je vous laisse les faire :

Leave a comment


Vite dit

👉  Fini le confinement sur la table de la cuisine. Adoptez Slean, le bon bureau et la bonne chaise pour télétravailler. Et en plus le bureau se transforme en console pour gagner de la place. En prévente sur KissKissBankBank.

👉  Jusqu’ici, la location de chambre d’hôtels en journée était réservée aux siestes coquines. Grâce à cette plateforme les hôteliers peuvent trouver un nouveau gisement de chiffre d’affaires : le télétravail.

👉  Encore plus hype que l’hôtel pour télétravailler. Mais c’est loin, au Japon.

👉  Vous avez une conscience écologique ? Bravo, télétravail et autoconsommation sont la bonne formule pour une consommation responsable !

👉  Dropbox a décidé de rendre le télétravail permanent, même après la crise de la Covid-19. Ne le dites pas à Sophie de Menthon.

👉  Le télétravail, enjeux et défis. Une formation gratuite des champions de la formation à distance, l’Université Téluq.

👉  Un petit rappel pour méditer pendant la semaine : comment l’empire Romain a été détruit par les pandémies (en anglais).


Voilà, c’est fini pour cette semaine. Pensez à partager l'info avec vos amis ! et à vous abonner à cette newsletter si vous venez de la découvrir.