Bienvenue au woke en entreprise

Les guerres sociétales vont-elles envahir le monde "corporate" ?

Bienvenue dans cette édition de la newsletter de Zevillage 🙏. Comme chaque jeudi, je partage avec vous une analyse à propos de l’évolution du travail et une sélection de notre veille pour vous donner envie et vous aider à vous engager dans la transformation du travail.

Xavier de Mazenod

Si vous arrivez directement par le Web, ou qu'un ami vous a transféré la newsletter, vous pouvez vous y abonner, c’est juste ici :

Jason Fried allume le feu

Cette semaine Jason Fried, le charismatique patron de Basecamp / 37 Signals, une société éditrice de logiciels de gestions de projet et d’équipes, a été la source d’une polémique aux Etats-Unis. Connu pour son management innovant, son avance dans la vision du Future of Work (voir sa conférence Ted sur le bureau, le pire lieu où travailler), il a annoncé un certain nombre de changements dans l’organisation de sa société :

  1. finies les discussions sociétales et politiques sur le compte Basecamp de l’entreprise

  2. plus d'avantages paternalistes

  3. plus de comités

  4. fini de ressasser les décisions passées

  5. plus de révision à 360° (évaluation par les pairs)

  6. ne plus oublier les objectifs de Basecamp.

Le changement qui a fait le plus de bruit est l’interdiction de mener des discussions politiques ou sociétales sur les outils de Basecamp utilisés par ses salariés pour le travail. Rappelons que toute l’entreprise est organisée en “full remote“ (entièrement à distance). Ces discussions sont toutefois autorisées sur d’autres canaux comme Signal, WhatsApp ou même un compte Basecamp personnel.

L’explication de Jason Fried est simple : “Les eaux sociales et politiques d'aujourd'hui sont particulièrement agitées. (…) C'est une distraction majeure. Elle sape notre énergie, et redirige notre dialogue vers des endroits sombres. Ce n'est pas sain, ça ne nous a pas servi”. Il répondait visiblement à des discussions qui agitaient ses salariés et à la constitution de groupes de salariés autour de thèmes sociétaux et politiques.

Cette annonce a enflammé les réseaux sociaux et Fried a reçu des réactions très majoritairement négatives qui ont souvent pris un tour politique. Ce qui semble donner raison à son analyse sur l’agitation liée aux débats… Rapidement, les critiques ont tourné autour du thème woke de la diversité chez les salariés et chez les clients.

Parmi les autres changements annoncés par Fried, on trouve la fin des “avantages paternalistes” sur le bien-être et la formation, remplacés par un plan d’intéressement aux bénéfices utilisable par les salariés à leur guise. Moins “cool”, plus individuel et somme toute classique.

Fried a aggravé son cas en mettant les points sur les “i” : “Nous créons des logiciels de gestion de projet, de communication d'équipe et de messagerie électronique. Nous ne sommes pas une entreprise à impact social”. Un message radicalement opposé au discours montant en France sur “l’entreprise à mission”.

Vous pouvez être déçus par les positions de cette entreprise innovante qui ne serait finalement qu’une entreprise comme une autre. Vous pouvez aussi penser qu’il est normal qu’un dirigeant corrige le cap s’il constate des dérives qui nuisent à son entreprise. Vous pouvez aussi penser qu’il a réagi trop brutalement à une situation qui perturbait le travail.

Mais quoi qu’il en soit, préparez-vous à voir ces thèmes bientôt agiter votre entreprise. Les guerres woke sont déclarées dans le monde corporate titrait Fortune cette semaine.

👍 Partager sur WhatsApp


C’est quoi la Gig economy ?

Livraison de repas à domicile, voitures avec chauffeur, participation rémunérée à des sondages : "l'économie des petits boulots" ou "gig economy" représente un chiffre d'affaires planétaire de 5 000 milliards de dollars. Ce documentaire, visible sur Arte en ligne, nous emmène à la rencontre de ces travailleurs “à la tâche” aux États-Unis, au Nigeria, en France et en Chine.  


Le coin pratique

Il va bien falloir adapter son logement au télétravail. Une bonne solution est de construire son bureau soi-même grâce à cette plateforme ou de la faire fabriquer par un maker local.

Vous pouvez aussi juste chercher de l’inspiration avec les bureaux de Google ou de Greenpeace ou encore avec ceux du siège social de AirBnB à San-Francisco.


Vite dit

🏢  Viens chez moi, je coworke avec une copine
Le coworking à domicile n'a jamais vraiment pris. Peut-être que les confinements vont changer les choses. La société Table corner veut faciliter ce mode de travail avec une plateforme communautaire de mise en relation entre coworkers à domicile. Et tant qu’à faire dans le coworking cocasse, pourquoi pas au musée ?

😂 Running gag
Est-ce à cause du centralisme et du gigantisme de l’Education nationale ? Est-ce à cause de l’absence d’une stratégie d’enseignement à distance ? En tout cas, quand ça veut pas, ça veut pas.

😱 J’ai honte
Nous sommes très nombreux (70% de la population) à croire que nos bons coups et nos réalisations ne sont pas réellement de notre fait. Ce “syndrôme de l’imposteur” nous conduit à l’auto-sabotage et peut nous pourrir le quotidien, au boulot ou dans notre vie privée.

🍱 Miam
Le chef étoilé normand David Gallienne, gagnant de Top chef 2020, ne peut plus exercer dans son restaurant de Giverny pour raisons sanitaires. Il a donc pris la route avec Picorette, un food truck qui sillonne la Normandie. Cas unique de reconversion d’un chef étoilé.

🐏 Voleurs d’emploi
L’intelligence artificielle est souvent accusée de tuer l’emploi. Ceux-là aussi volent le travail du personnel d’entretien de jardin. Mais ils ont une bonne bouille et se développent rapidement.

🛠 Privés de télétravail
Certains vivent le fait de continuer à aller sur leur lieu de travail comme une chance, une échappatoire leur permettant de garder une hygiène de vie et un semblant de vie sociale. D’autres le perçoivent comme une grande inégalité.

👩‍🦰 Coworking et femmes entrepreneuses
Potentielles est un tiers-lieux de Marseille conçu pour accompagner les femmes dans le monde entrepreneurial. Il vise aujourd’hui à devenir un pôle central de rencontres et de création au féminin.

Leave a comment


Petite annonce

Joana a un joli projet de réhabilitation partagée d’une grande ferme abandonnée depuis 50 ans au Portugal. Elle cherche 6 à 10 personnes avec lesquelles travailler à ce projet pour y aménager un tiers-lieu rural, des logements, un village !

Vous trouverez les informations pour participer sur ce petit site web en portugais mais avec un dossier en français à télécharger.


Avant de partir

C’est fini pour cette semaine. Avant de partir, ce petit témoignage d’un homme observateur d’une petite scène sexiste ordinaire. C’est fou le nombre de clichés qui existent dans la vie professionnelle. Ailleurs aussi vous me direz ;-)


Un dernier truc

Un dernier truc pour la route. Choisissez bien votre métier pour ne pas être reléguée en marge de la société comme cette jeune femme.


✋ Hello : avant de faire vos valises pour la semaine, si vous aimez cette newsletter pensez à nous laisser un like en cliquant sur le petit ❤️. Et même un commentaire si vous débordez d’inspiration.