Demain tous nomades ? Pas sûr

Le monde du travail aussi vit l'affrontement nomades-sédentaires

Bienvenue dans cette édition de la newsletter de Zevillage 🙏. Comme chaque jeudi, je partage avec vous une analyse à propos de l’évolution du travail et une sélection de notre veille pour vous donner envie et vous aider à vous engager dans la transformation du travail.

Xavier de Mazenod

Si un ami vous a transféré cette newsletter, ou si vous la découvrez par le Web, vous pouvez vous y abonner, c’est juste ici :

Subscribe now


Nomades contre sédentaires : à la fin qui gagne ?

"Le football est un sport qui se joue à onze contre onze, et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne." Vous connaissez peut-être cette phrase de l’attaquant anglais Gary Lineker ?

Il y a quelques années j’avais interviewé Claude Riveline, professeur de gestion à l’Ecole des mines de Paris, sur le télétravail. A la fin de notre entretien nous avions parlé du nomadisme et il m’avait donné un de ses textes intitulé Nomades et sédentaires, l'irréductible affrontement (PDF). Avec sa vision historique, il y affirme que dans le match “nomades contre sédentaires”, ces derniers gagnent toujours à la fin.

Replacée dans le contexte du travail, cette affirmation semble aussi se vérifier. Et c’est vrai que l’univers du travail n’est pas adapté au nomadisme. Et que le bureau est privilégié par toute l’inertie du système. Mais, nous l’avons appris pendant la pandémie de la Covid-19, le télétravail est capable de nous affranchir de la présence quotidienne au bureau.

Le nomadisme ne se réduit pas au télétravail, il va plus loin. Certains - principalement des freelances - poussent le concept au maximum et expérimentent le digital nomadisme depuis n’importe quel point de la planète. Nous en avons souvent parlé ici.

On trouve une autre approche de l’opposition nomades-sédentaires dans le classement de la société entre les Anywhere (les Partout) et les Somewhere (les Quelque part) du journaliste britannique David Goodhart, expliquée dans ce podcast de Slate, Poire et cahuètes, d’Hélène Decommer et Jean-Laurent Cassely :

Le phénomène du nomadisme digital est très médiatisé mais il ne concerne en réalité pas beaucoup de monde. Principalement des freelances, jeunes et sans attaches familiales.

En revanche la tentation d’un nomadisme du quotidien dépasse largement ces exemples du bout du monde.

L’avant-dernière étude de l’0bservatoire Actineo, en 2019, mettait en évidence l’explosion de ce mouvement. Le travail en mobilité est possible et il continue quelque soit l’endroit où on l’exerce, selon l’acronyme ATAWAD, Anytime, Anywhere, Anydevice : il se pratique n’importe quand, n’importe où et avec n’importe quel appareil. «Le phénomène du “travailleur nomade” qui, smartphone en poche et ordinateur portable sous le bras, passe de cafés en hôtels, et de halls de gare en jardins publics, est en pleine croissance. On en compte 53% en 2019, soit 5 points de plus qu’en 2017». Et ça c’était avant la Covid !

Les nomades ont toujours fait peur aux sédentaires qui n’ont de cesse de vouloir les… sédentariser. Et c’est dommage car le mode de vie nomade est inspirant pour le développement urbain.

Le monde du travail n’est absolument pas adapté aux nomades qu’il s’emploie à freiner. Mais le nomadisme est il un mouvement inéluctable ? Et si, pour une fois, à la fin l’Allemagne perdait ?

Share

👍 Partager sur WhatsApp


Le télétravail plombe-t-il la sécurité IT ?

Vous savez que le télétravail fragilise la sécurité de vos systèmes d’information ? Notre ami Yann Gourvennec organise un webinaire le 1er juin à 10h30 avec Fortinet, spécialiste de la sécurité informatique, dans lequel il présente les résultats d’une enquête sur le sujet auprès de 100 DSI. Gratuit et sur inscription.


Vite dit

🚲 Pédaler pour la cause
Fanny et Aurélien partent pour un tour de France de 5 mois à vélo afin d’aller à la rencontre des acteurs des “communs” (PDF) : tiers-lieux, fablabs, ateliers partagés, coopératives d’activité et d’emplois, municipalités, espaces test agricoles, structures d’éducation populaire, etc. Impatient de lire leur analyse.

🏢 Exode urbain… aux Etats-Unis
La folie immobilière bouleverse les petites villes américaines. Des propriétés qui d'ordinaire restent des mois sur le marché s'arrachent en 48 heures. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes.

🚓 Reconversion
Denis Favier, ancien patron du GIGN et charismatique ex-directeur général de la Gendarmerie est un jeune retraité actif : il vient de lancer une master class sur la gestion de crise accessible à tous pour 39,90 €. Malin.

👶 Partager l’espace public
Et si l’on réfléchissait à l’aventure de Maylis, jeune maman qui a pris une claque d’une passante parce qu’elle allaitait son bébé en public ? Vivre ensemble sans claques, c’est possible ?

Révolution de l’immobilier de bureau
Dans un monde où selon les périodes, entre 30 et 40% des actifs sont en télétravail, l’entreprise n'est plus synonyme d'un lieu unique régi par une organisation rigide, mais d'un écosystème de lieux à la fois réels et virtuels. Cela devait être dit.

🖨 Alors, bureau ou pas bureau ?
Et maintenant, la question que nous nous posons tous : y aura-t-il “un monde d’après” la Covid-19 pour le travail ? Le groupe Michael Page y répond dans une enquête réalisée avec l”Ifop auprès de 500 décisionnaires RH. Un indice : le télétravail progresse et se pérennise… mais le bureau va rester la norme.

👩‍🎓 Merci pour le papier
Un cours comodal est un cours donné simultanément en présentiel, à distance et à distance en mode asynchrone. Et curieusement, papier, crayons et craies n'y ont pas dit leur dernier mot !


Conso locale : la revanche des petites épiceries

La crise sanitaire a permis à de nombreux Français de redécouvrir les avantages de la proximité, et les petites épiceries de villages en ont largement bénéficié. Elles comptent bien entretenir ce nouveau lien, en jouant la carte de la convivialité.


Avant de partir

IKEA se lance dans la vente de voitures électriques, à monter soi-même, bien-sûr. Reste à savoir si le mode d’emploi sera conçu par l’équipe qui a créé celui des étagères Billy.


Un dernier truc

L’intelligence artificielle tue l’emploi, c’est bien connu. Elle va maintenant mettre les artistes peintres au chômage (saleté d’AI et de GPT3). Mais la machine est-elle vraiment capable de créativité, mmmhhh ?


Maintenant c’est fini, vous pouvez y aller. Et si vous aimez cette newsletter pensez à nous laisser un like en cliquant sur le petit ❤️. Et même un commentaire si vous débordez d’inspiration. A la semaine prochaine.